Project Description

PORTRAIT

OLGA SIDENKO

Soroptimist International Club St. Gallen-Appenzell

Le long chemin pour créer sa propre entreprise de coaching

 

Olga Sidenko est née le jour de Noël 1985 en Ukraine. Petite fille déjà, elle rêvait de faire de sa vie quelque chose de grand et de sensé : médecin ou peut-être chirurgien. Mais sa mère célibataire était enseignante et n’avait pas les moyens de payer de telles études. Au lieu de cela, elle a donc étudié l’économie d’entreprise, en mettant l’accent sur la comptabilité, s’est mariée jeune et a fondé une famille en devenant mère de deux garçons, qui – comme elle le dit – sont sa meilleure motivation pour son évolution et son développement personnel. Lors de la cérémonie de fin d’étude, elle a décidé d’atteindre ses objectifs dans tous les cas et de tirer le meilleur parti de sa situation.

L’indépendance, la confiance en soi et la liberté sont les qualités d’une femme qui réussit, mais le chemin pour y arriver n’a pas toujours été facile pour Olga. Elle a trouvé un emploi dans le service des relations internationales à l’université et a pu rapidement constater, en tant que jeune maman, qu’en Ukraine, la répartition des tâches est claire et classique : la femme doit s’occuper du ménage, des enfants et du mari. Si elle veut développer sa carrière professionnelle, elle ne reçoit aucun soutien de sa famille et doit jongler avec tous les rôles. Olga a donc pris une pause de 3 ans pour sa famille.

C’est ensuite qu’est intervenu le déménagement. D’abord à Kiev et, 2 ans plus tard, en Suisse. Arrivée dans notre pays avec six valises et une énorme motivation, cela fait 5 ans que la famille vit à Saint-Gall. Ce fut un nouveau départ, de zéro, une nouvelle chance pour toute la famille, mais aussi pour Olga.

Intégration – la clé vers la société

 

Olga a appris l’allemand de manière intensive parce qu’elle savait que la langue est un sésame vers la société. Elle voulait s’intégrer rapidement et s’engager,  tant sur le plan professionnel que social. En 2015, Olga a commencé un stage de bureau de 6 mois au  Centre pour requérants d’asile. C’est là qu’elle eut un premier contact avec les Soroptimistes du Club de St-Gall-Appenzell, qui soutenaient le Centre avec une action de Noël.

Le courage de recommencer

 

Olga a perdu son poste au sein de l’Office des migrations à la suite d’une restructuration dans le secteur de l’asile. Ce fut pour elle un signe pour revenir à l’objectif qui lui tenait tant à cœur. Elle prit un nouveau départ en suivant une formation de coach. Et ce n’est pas en qualité de médecin mais en tant que coach qu’elle aide mainenant les gens à trouver leur voie, à panser leur coeur brisé et à réaliser leur vocation – comme elle l’a fait pour elle-même. Son mari l’a activement soutenue dans sa démarche. Son activité indépendante de coach spécialisée dans l’accompagnement des femmes, des familles, des entreprises et des start-up – en allemand, ukrainien et russe – lui permet de concilier sa carrière, sa vocation et sa famille.
Son site internet : www.olga-sidenko.ch

Olga et le Soroptimist International

 

Sa rencontre avec les Soroptimistes au Centre pour requérants d’asile a marqué l’histoire d’Olga. Elle a vu comment les femmes se mobilisent, comment elles font avancer de grands projets et rendent le monde meilleur. Et elle a vraiment voulu en faire partie. Elle est Soroptimiste au Club St-Gall-Appenzell depuis presque 3 ans et en est fière. Elle s’est aussi engagée au niveau de l’Union en qualité d’Assistante directrice de programme.

De nos jours, c’est difficile d’être une femme. Mais lorsque des femmes qui ont déjà une belle expérience dans leur vie personnelle et professionnelle la  partagent avec d’autres femmes, tout le monde en bénéficie. Olga mobilise volontiers sa propre expérience, ses compétences et son énergie lorsqu’elle sait que cela a du sens. Son credo : « Je veux que les femmes pauvres, perdues ou opprimées aient la possibilité d’avoir une vie meilleure et de réaliser leurs rêves. Les Soroptimistes avancent avec un objectif. Cela nous rend fortes, nous unit et donne le sentiment d’appartenir à une famille. Et cela me convient parfaitement ! »

Olga Sidenko (3e à partir de la droite) au milieu des soroptimistes de son club Saint-Gall-Appenzell lors de la Journée de l’orange 2018.

De temps en temps, nous présentons des Soroptimistes suisses
qui nous impressionnent, nous touchent ou nous inspirent.

Soroptimist International Suisse

« Young Swiss Soroptimists »